Travailler autrement …

 »Lorsque les objectifs d’apprentissage envisagés pour [les élèves] requièrent des modalités adaptées nécessitant un regroupement et une mise en œuvre par le coordonnateur, celles-ci le seront dans un lieu spécifique, répondant aux exigences de ces apprentissages.« [1]

L’enseignement proposé dans la classe de l’ULIS repose essentiellement sur le développement des compétences cognitives des élèves, de manière souvent transversale, selon les axes prioritaires suivants :

  • améliorer la maîtrise du Français, …

 » savoir lire, écrire et parler conditionne l’accès à tous les domaines du savoir et l’acquisition de toutes les compétences »,[2]… en favorisant une pédagogie de la compréhension alliant deux voies complémentaires : un travail de perfectionnement méthodique et des pratiques culturelles. Ceci en respectant les programmes de 2008 :« La progression dans la maîtrise de la langue française se fait selon un programme de lecture et d’écriture, de vocabulaire, de grammaire, et d’orthographe. Un programme de littérature vient soutenir l’autonomie en lecture et en écriture des élèves.
L’étude de la langue française (vocabulaire, grammaire, orthographe) donne lieu à des séances et activités spécifiques. Elle est conduite avec le souci de mettre en évidence ses liens avec l’expression, la compréhension et la correction rédactionnelle. »[3]

  • en Mathématiques,

se repérer dans la chaîne numérique, donner du sens aux opérations, travailler sur les unités de mesure, résoudre des problèmes, maîtriser les bases de la géométrie, c’est à dire travailler les mécanismes incontournables tout en développant des qualités de logique et d’aptitude au raisonnement, « les mathématiques […] fournissent aux élèves des outils pour agir, choisir et décider dans la vie quotidienne, mais aussi pour penser et conceptualiser »[4],

  • construire et consolider des notions telles que l’espace, le temps, la connaissance du monde à travers la culture humaniste ( Histoire, Géographie, Histoires des Arts ).

 » La culture humaniste permet aux élèves d’acquérir tout à la fois le sens de la continuité et de la rupture, de l’identité et de l’altérité. […] Elle contribue à la formation du jugement, du goût et de la sensibilité. Elle enrichit la perception du réel, ouvre l’esprit à la diversité des situations humaines, invite à la réflexion sur ses propres opinions et sentiments et suscite des émotions esthétiques. »[5]

Après analyse des difficultés rencontrées par les élèves, il s’est avéré que dans ces domaines particuliers il existait souvent un trop grand écart entre leur niveau scolaire et l’enseignement dispensé dans les classes ordinaires, et qu’elles demandaient des adaptations importantes qui ne pouvaient être mises en place que dans le regroupement particulier de l’ULIS en tant que classe. Partant du principe que le handicap n’est pas fixe, qu’il peut évoluer en fonction des modifications de l’environnement, du développement mental et des évolutions adaptatives du jeune, il semble important d’orienter la pédagogie pratiquée à l’ULIS selon les axes suivants :

  • l’enrichissement du milieu pédagogique pour développer des aptitudes inexploitées jusqu’alors, par des pratiques et des supports de compensation, de contournement, de détour, de remédiation,
  • le développement d’interactions humaines, matérielles, disciplinaires, la création de passerelles, l’établissement de nouveaux liens,
  • la mise en place d’apprentissages nouveaux, en développant certains contenus disciplinaires autrement pour favoriser la curiosité, éveiller des capacités nouvelles,
  • la différenciation, non comme « méthode » mais comme préoccupation constante, respect des besoins particuliers de chacun.
  • le temps donné à la maturation, au développement des compétences, le respect des rythmes individuels.
  • l’ambition de mener les élèves au maximum de leurs possibilités, d’allier à la fois l’exigence vis-à-vis de l’élève et le plaisir de la connaissance.[6]
  • l’ajustement des enseignements en gardant la tension entre adaptation, compensation et ambition.

C’est dans ce contexte que, tout au long de l’année, certains apprentissages sont proposés sous forme d’ateliers ou encore de projets transversaux mobilisant l’ensemble des compétences attendues des élèves.

 

[1] Circulaire 2006-126 du 17/08/06 – Mise en œuvre du projet personnalisé de scolarisation

[2] Préparation de la rentrée 2010 Circulaire n°2010-38 du 16/03/2010

[3] BO hors-série n°3 du 19 juin 2008 – Cycle des approfondissements – programme du ce2, du cm1 et du cm2

[4] idem

[5] Le socle commun de connaissances et de compétences. Sceren CNDP 2007

[6] Préparation de la rentrée 2010 Circulaire n°2010-38 du 16/03/2010

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image